Qui a eu l’idée d’inventer l’enseigne lumineuse publicitaire ? Ce support visuel fait partie du quotidien, et personne ne se pose vraiment la question.

Pourtant, les progrès de l’électricité ont beaucoup modifié l’éclairage des villes. Et, derrière les bulbes d’ampoules et les écrans à spots, des figures illustres, parfois inconnues, se cachent dans les coulisses de l’histoire.

Au 19e siècle, c’était la belle époque des inventions industrielles. Dès 1880, Thomas Edison (1847-1931) dépose le brevet de l’ampoule incandescente. La lampe électrique connait une envolée fulgurante, et donne de l’inspiration aux inventeurs et aux hommes d’affaires.

Les experts d’Happy Light Enseignes ont sélectionné les noms de quatre hommes éminents. Leurs idées ont révolutionné la publicité extérieure, lançant les jalons des techniques actuelles.

Claude Georges, le pionnier de l’enseigne en tube de verre néon

 

Georges Claude (1870-1960) est né à Paris. Fils d’un instituteur, son père se charge de son instruction à la maison. Plus tard, Georges Claude entreprend des études brillantes à l’École supérieure de physique et de chimie industrielle à Paris.

Une fois ingénieur, ses premiers travaux font parler de lui. En effet, il étudie de près la dissolution de l’acétylène dans l’acétone. Cela l’encourage à développer un procédé industriel majeur sur la liquéfaction de l’air. Ce succès lui permet de fonder Air Liquide en 1902.

Le physicien poursuit ses expériences et, en 1910, au prestigieux Salon de l’Automobile de Paris, Georges Claude exhibe des tubes lumineux chargés de gaz néon. C’est le début de l’épopée moderne de la publicité lumineuse extérieure.

Ses tubes en verre incandescents sont rouges, et transforment littéralement l’éclairage domestique et urbain. Devenu homme d’affaires en 1912, l’inventeur crée la société Claude Neon Lights Inc. pour lancer sa marque et vendre ses néons. D’ailleurs, il fabrique avec succès l’enseigne lumineuse d’un salon de coiffure parisien. Puis, l’Opéra de Paris lui commande des enseignes pour sa devanture.

Ensuite, des Américains lui demandent de produire des caissons et des panneaux publicitaires, lui ouvrant la voie de l’eldorado d’outre-Atlantique.

 

Claude Georges, pionnier de l’enseigne en tube de verre néon rouge - Happy Light Arras
Harry Chandler, promoteur de l’enseigne lumineuse publicitaire à Hollywood - Happy Light Arras

Harry Chandler, le promoteur de l’enseigne lumineuse publicitaire

Harry Chandler (1864-1944) est issu d’une famille aisée du New Hampshire. Après ses études à l’Université de Dartmouth, il s’installe à Los Angeles pour monter une affaire dans l’industrie de la glace en plein essor.

Homme d’affaires chanceux, il investit dans d’autres projets, notamment dans le journal Los Angeles Times. Son beau-père par alliance, Harrison Gray Otis, est le propriétaire du quotidien. Harry Chandler en devient le dirigeant en 1917, à la mort de ce dernier. Sa popularité augmente et il évolue en promoteur de grands programmes immobiliers en Californie.

Sous sa conduite, le port maritime de Los Angeles connait une belle expansion, et la ville accueille avec soulagement la construction de l’aqueduc de Los Angeles.

En 1923, Harry Chandler décide de bâtir une attraction pour mieux vendre les lotissements de son projet immobilier appelé « Hollywoodland« . Il a alors l’idée d’implanter une enseigne géante sur les collines de Los Angeles.

L’enseigne lumineuse publicitaire Hollywoodland est gigantesque et totalement géniale. Chaque lettre mesure 15 mètres de haut sur 9 mètres de large, montée à dos de mule sur les chemins escarpés.

Chaque lettrage en métal découpé est orné de 4 000 lampions scintillants. Le projet publicitaire devait être temporaire. Mais, l’enseigne spectaculaire devient le symbole du cinéma hollywoodien.

 

Douglas Leigh, le concepteur de l’enseigne lumineuse publicitaire à Times Square

Douglas Leigh (1907-1999) est originaire de l’Alabama. Après des études à l’Université de Floride, il est commercial publicitaire pour un annuaire de professionnels. Puis, il se lance dans le commerce d’enseignes lumineuses pour des marques.

Très vite, il se passionne pour la conception sur-mesure des panneaux à ampoules grand format. Ses fabrications font sa renommée, notamment la pose de son enseigne lumineuse à l’Hôtel Saint-Moritz à New-York.

Précurseur de l’écran publicitaire lumineux, Douglas Leigh devient, dès les années 1930, le leader incontesté dans le secteur. Fin stratège, il sait habiller de lumières éblouissantes les façades des buildings dans les quartiers prestigieux de New York, comme la gigantesque place de Times Square.

De jour comme de nuit, les affichages dynamiques à spots créent une effervescence dans ce carrefour populaire. Aujourd’hui encore, Times Square est le cœur vibrant de la culture new-yorkaise.

Parmi les célèbres panneaux lumineux de Douglas Leigh, les New-Yorkais se rappellent l’horloge Coca-Cola où la boisson s’écoulait dans d’immenses verres de lumière. Sans aucun doute, les supports promotionnels inventés par l’ingénieux publicitaire ont marqué les mémoires.

C’est un génie de l’enseigne néon ou à lampions. Son imagination débordante a permis d’explorer tout ce que l’éclairage dynamique urbain pouvait concevoir pour vendre des produits.

 

Douglas Leigh, concepteur de l'enseigne lumineuse publicitaire de Times Square - Happy Light Arras
Rudi Stern, l’artiste virtuose du néon LED contemporain - Happy Light Arras

Rudi Stern, le réinventeur virtuose du néon LED contemporain

Rudi Stern (1936-2006) est né à New Haven (Connecticut). Après des études d’art à l’université de l’Iowa, il s’installe à New York où il travaille sur des projets créatifs et publicitaires avec le néon.

Très vite, l’artiste se remarque à sa maîtrise artistique utilisant de simples tubes LED fluorescents. À sa grande surprise, il devient une figure clé dans l’univers de l’enseigne lumineuse. Il réussit à faire du tube néon un matériau noble, à une époque où celui-ci était moins utilisé dans la publicité.

Dans les 1970s, Rudi Stern fonde l’atelier Let There Be Neon à New York. C’est l’atelier où il fabrique les enseignes publicitaires de ses clients. C’est là également qu’il crée des chefs-d’œuvre artistiques avec le néon LED, rigide ou flexible.

Apprécié pour son originalité, l’artiste collabore avec des architectes pour intégrer des créations lumineuses dans l’architecture urbaine. Sa perception visionnaire change les habitudes d’usage du néon basique. Ses créations ont un style décontracté, et décorent même des intérieurs.

Avec agilité, l’artiste casse les codes et mélange les vestiges de différentes époques à la publicité lumineuse moderne. Ses pièces visuelles se trouvent dans le monde entier. On peut citer Dublin House, Blue And Green Tiger, et d’autres modèles visibles sur le site web memorial Let There Be Neon.

 

Happy-Light Enseignes : Des spécialistes de l’enseigne

Vous l’avez compris, la fabrication d’une enseigne commerciale ou publicitaire est une affaire de professionnels. C’est un véritable métier d’hommes et de femmes à votre écoute pour matérialiser votre projet.

L’équipe de Happy Light Enseignes est à votre service pour concevoir votre enseigne de A à Z. Notre travail s’articule par étapes avec la conception graphique, l’étude technique et la production sur mesure.

Dès aujourd’hui, joignez-nous via notre formulaire de contact pour une étude personnalisée de votre idée !